Cdi ou learning center : pourquoi le travail documentaire reste identique

, par Brigitte Réa

Traditionnellement, les objets gérés dans un Cdi étaient le livre et le périodique au format papier, cette gestion s’étend aujourd’hui à l’ensemble des médias disponibles sur supports physiques et virtuels. L’activité principale du centre est la mise à disposition des ressources pour emprunt ou consultation. Mais pour offrir un service attrayant, il est nécessaire de diversifier l’offre et de savoir la présenter d’où la mise en place de nombreux portails.

Pour gérer au mieux ces ressources, le Cdi doit être doté d’un système de gestion ou logiciel documentaire et posséder un plan de classement (CDU ou Dewey). La notice informatisée de l’ouvrage, accessible à l’usager, reprend les informations de l’emplacement de l’objet sur les étagères.

L’ensemble des notices forment le catalogue consultable par les usagers grâce à un OPAC (Online public access catalog : outil de consultation du catalogue). Le fonds bibliographique est constitué par l’ensemble des documents décrits et analysés. Chaque description et analyse devient une notice (terme propre au monde de la documentation). Celle-ci fait l’objet d’une norme internationale (Unimarc Universal Decimal Classification Consortium) décrivant son fonds et sa forme, elle possède de nombreux champs descriptifs, les plus importants sont le titre, l’auteur, les descripteurs.

L’édition et l’utilisation des métadonnées pour accéder à des ressources physiques est la fonctionnalité majeure que l’on peut retenir de la gestion des centres de documentation.

Aujourd’hui la question qui se pose à nous est l’évolution du comportement des usagers qui tend à transformer nos centres en learning center.
Celui-ci repose sur trois points :

1- Un lieu

Horaires très étendus, accès au plus grand nombre, espaces de travail différents (groupes, individuels,…).

2- Des ressources

Ce sont celles que nous fournissons traditionnellement afin de favoriser les apprentissages, ce sont donc toutes les ressources sur tous types de supports.

3- Des services

Lieu d’apprentissage où le personnel est polyvalent et à la disposition des usagers.

« Il est recommandé de prêter attention aux critères qui définissent les Learning centres, à savoir, selon une formulation condensée : le soutien réel à l’acquisition de connaissances garanti par une liaison avec les enseignants dès la conception du projet ; des espaces conviviaux, ouverts et flexibles ; une accessibilité maximale en termes d’horaires et de ressources ; des facilités d’usage à distance ; un personnel polyvalent et un regroupement des services ; des ressources documentaires et des équipements nombreux et renouvelés. » (http://www.educnet.education.fr/veille-education-numerique/fevrier-2010/rapport-learning-centres-modele-international-bibliotheque-integree-enseignement-et-recherche).

Ainsi concernant la gestion documentaire, notre activité reste inchangée si ce n’est que nous sommes toujours confrontés à deux difficultés :
-  La veille numérique ;
-  La gestion des ressources virtuelles.

Par ailleurs, il est évident que les questions récurrentes sur l’accès aux ressources en dehors de la présence du professeur documentaliste est toujours d’actualité mais si nous reprenons la définition d’Educnet, nos Cdi répondent déjà à certains critères présentés.

Pour en savoir plus sur les learning center et obtenir une sitographie abondante :
http://docsdocs.free.fr/spip.php?breve572

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Derniers articles RSS